Petit abécédaire des mouvements artistiques

Pour cette seizième Arty News, on voulait vous parler art, histoire de l’art même. Et pour ne pas partir n’importe où n’importe comment, on avait envie de reprendre les bases … avec cet abécédaire des mouvements artistiques. Et comme on avait envie que ce soit facile de s’y retrouver, on a choisi l’abécédaire. On ne va pas vous assommer avec les vingt-six lettres de l’alphabet immédiatement.
Commençons par les trois premières lettres de l’alphabet.

A

Art Abstrait

L’Art Abstrait ne cherche pas à représenter les apparences visibles du monde extérieur mais tente de donner une contraction du réel ou encore d’en souligner les déchirures.
L’art abstrait utilise un langage formel, pictural et linéaire pour créer une composition indépendante du rapport aux références visuelles existantes dans le monde sensible.
Ce mouvement né au XXème siècle avec Vassily Kadinsky (1866 – 1944) que l’on considère parfois comme le père de la peinture abstraite (1910-1913).
Ce mouvement est une petite révolution puisque depuis la Renaissance et jusqu’au milieu du XIXème siècle, la peinture se doit de retranscrire la réalité visible.

Kandisky, oeuvre, art abstraitVassily Kandisky

Artistes connus de ce mouvement : Hilma af Klint dès 1906, Ciurlionis dès 1906, Vladimir Baranov dès 1910, Guillaume Apollinaire dès 1914, Piet Mondrian, Kasimir Malevitch, Robert Delaunay, Sophie Taeuber-Arp, Paul Klee pour n’en citer que quelques uns.

 

Art Brut

art brut, robillardAndré Robillard, La mission Apollo 11, 2015 © Galerie Artset, Limoges

Art Brut est le terme utilisé dès 1945 par Jean Dubuffet (1901-1985) pour désigner les créations de personnes exemptes de culture artistique, souvent associé aux malades mentaux, aux marginaux mais l’art brut n’est pas l’art des fous ; d’ailleurs Dubuffet écarte le critère psychique de la maladie mentale.
Jean Dubuffet à commencer à collectionner l’art brut depuis quelques années déjà.
D’après le musée d’art brut suisse : « Les œuvres d’Art Brut sont réalisées par des créateurs autodidactes, des marginaux retranchés dans une position d’esprit rebelle ou imperméables aux normes et valeurs collectives, qui créent sans se préoccuper ni de la critique du public ni du regard d’autrui. Sans besoin de reconnaissance ni d’approbation, ils conçoivent un univers à leur propre usage. Leurs travaux, réalisés à l’aide de moyens et de matériaux généralement inédits, sont indemnes d’influences issues de la tradition artistique et mettent en application des modes de figuration singuliers. »
La première exposition de malades mentaux remonteraient à 1900 et se seraient déroulées à Londres, en 1905 ouverture du musée de la Folie à l’asile de Villejuif par le docteur Marie.

Artistes connus malgré eux : facteur cheval, Gaston Chaissac, André Robillard.

 

Art Modeste

L’art modeste n’est ni un concept ni un mouvement.
C’est un regard ; il montre ce que l’on ne regarde pas.

Un courant d’images, d’objets, de formes et de pensées initié par Hervé di Rosa à la fin des années 1980. « Le terme d’art modeste a été créé pour nommer ce qui est oublié, marginal (commercial ou sauvage), occulté, périphérique de la création. Ces objets et ces pratiques forment un territoire sans centre, aux frontières élastiques. On peut étendre le terme d’art modeste au théâtre (marionnette, burlesque), au cinéma (amateur, underground, pornographiques), à la littérature (romans de gare, de science-fiction), à chacun d’inventer son art modeste. » Il affirme également qu’il « n’y a pas d’artistes de l’art modeste, il n’y a que des collectionneurs.”

art modeste

Il s’agit alors d’explorer un territoire sans frontière qui s’étend de l’art contemporain jusqu’aux figurines publicitaires, en passant par l’art brut, l’art sacré, l’artisanat, la musique punk et toutes les pratiques issues de l’underground et des contre-cultures. Un territoire qui a perdu son centre et qui réunit ses marges pour en finir avec l’exclusion, l’oubli ou l’indifférence engendrés par un récit unilatéral de l’histoire de l’art.

  Art Nouveau

Tiffany; art nouveau, vitrauxVitraux : Magnolias et Iris par Tifanny, 1908

En 1895, le collectionneur et marchand français d’origine allemande Samuel Bing ouvre à Paris un magasin d’objets d’art et le baptise « L’Art nouveau », reprenant ainsi l’expression créée par la revue belge l’Art moderne, fondée en 1881. Ce terme d’« Art nouveau » sera utilisé pour qualifier les créations des architectes et décorateurs avant-gardistes de la fin du XIXème. et des premières années du XXème. Le mouvement se manifestera à une échelle internationale, s’étendant de Londres à Vienne et à Chicago.
L’emploi de lignes sinueuses, de courbes et de formes organiques représentera l’une de ses caractéristiques majeures.

Artistes ou architectes connus de ce mouvement : Eugène Viollet-le-Duc, William Morris, Eugène Grasset, Hector Guimard, Emile Gallé, René Lalique, Louis Comfort Tiffany.

  Art urbain

L’art urbain ou street art  est, à la fois, un mouvement artistique et un mode d’expression artistique, qui s’affirme ou se revendique ainsi à partir de la fin du XXème siècle.

Tarek; street artLiberté, Egalité, Soupe par Tarek

Il regroupe toutes les formes d’art réalisées dans l’espace public, et englobe diverses techniques telles que le graffiti, le pochoir, la mosaïque, le sticker, l’affichage et le collage, la réclame ou les installations comme par exemple le tricot urbain. Certaines formes de performances peuvent même être inclues dans le concept d’art urbain.
C’est principalement un art éphémère vu par un large public.
Il ne doit pas être confondu avec l’art dans la ville, l’espace urbain ou public (en anglais public art), et tous les projets initiés par des institutions publiques, comme le furent le Federal Art Project américain des années 1930 ou les expériences menées en France à partir des années 1960 et 1970.

Artistes connus de ce mouvement : Tarek, Anthea Missy, AlpOne, Byshoö, Invader, Banksy

  B

  Baroque

Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie notamment à Rome, Mantoue, Venise et Florence dès le milieu du XVIème siècle et qui se termine au milieu du XVIIIème siècle.
Il touche tous les domaines artistiques, sculpture, peinture, littérature, architecture, théâtre et musique et se répand rapidement dans la plupart des pays d’Europe.

Le baroque, qui touche tous les domaines, se caractérise par l’exagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l’exubérance des formes, la grandeur parfois pompeuse et le contraste, ce même contraste dont parlait Philippe Beaussant : l’époque baroque a tenté de dire « un monde où tous les contraires seraient harmonieusement possibles ».
Baroque était un terme péjoratif, relevant de la bizarrerie et de l’étrangeté. L’adjectif « baroque » apparaît au XVIème siècle sous le nom de berrueco (en Espagne) et barroco (au Portugal) pour désigner, en joaillerie, une perle irrégulière.

Artistes connus de ce mouvement : Pierre Paul Rubens, Caravage, Le Bernin, Michel Ange, Jean-Baptiste Lully, Bach, Haendel,

  C

  Cobra

Karel Appel, cobra art, peintureKarel Appel 

Cobra (graphie CoBrA) ou l’Internationale des artistes expérimentaux (IAE) est un mouvement artistique validé à Paris en 1948 par les poètes Christian Dotremont et Joseph Noiret et par les peintres Karel Appel, Constant, Corneille et Asger Jorn en réaction à la querelle entre l’abstraction et la figuration. Ce mouvement publie la revue Cobra (1948-1951). Il se disloque partiellement à partir de 1949 après l’exposition internationale au Stedelijk Museum Amsterdam, et définitivement sur déclaration en 1951. Ce qui ne signifie pas la fin de la production d’œuvres dans le prolongement de Cobra, qui sera au contraire beaucoup plus riche et plus libre après Cobra pour la plupart des artistes que ce mouvement a dynamisés.
Le nom est l’acronyme de, Copenhague, Bruxelles, Amsterdam », du nom des villes de résidence de la plupart des membres fondateurs : Christian Dotremont, Jacques Calonne, Joseph Noiret, Asger Jorn, Karel Appel, Pierre Alechinsky, Carl-Henning Pedersen, Constant, Corneille, Jan Nieuwenhuys, Pol Bury, Georges Collignon, Henry Heerup, Egill Jacobsen, Ejler Bille, Jacques Doucet et Jean-Michel Atlan.

“Il ne s’agit pas de créer un groupe ou une élite exclusive, avec un programme précis, mais d’inviter à une aventure collective, projet qui ne peut se développer que si chacun porte en soi, selon Jorn, sa force de travail.”

  Cubisme

Le cubisme est un mouvement artistique en 1907 par Pablo Picasso et Georges Braque. A noter que Paul Cézanne qui cherche à créer un nouvel espace pictural non basé sur une simple imitation du réel aide à impulser ce mouvement.
Ce mouvement constitue une révolution dans la peinture et la sculpture, et influence également l’architecture, la littérature et la musique.
Produites essentiellement dans la région parisienne, les œuvres cubistes représentent des objets analysés, décomposés et réassemblés en une composition, comme si l’artiste multipliait les différents points de vue. Elles partagent également une récurrence des formes géométriques et du thème de la modernité.

Artistes connus de ce mouvement : Pablo Picasso, Sonia Delaunay, Georges Braque, Guillaume Apollinaire, Brancusi, Marie Laurencin, Fernand Léger pour n’en citer que quelques uns.

Sonia Delaunay, cubismeSonia Delaunay, “Rythme Couleur”, 1964 (Pracusa 2013057 © Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris / Roger-Viollet)

 

 

 

texte de Sophie Blachet
(merci Wikipédia)
#collectionner

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter