Claudie Bastide

Claudie Bastide

LA FORCE DU GESTE

Née à Vauvert dans le Gard, membre de la Maison des Artistes de la Fondation Taylor et du CNFAP Conseil National Français des Arts plastiques, cotée sur le marché de l’art (Artprice), Claudie Bastide vit et travaille dans la région de Montpellier.

« Mais avant l’Art pour l’Art, j’ai été enseignante pour l’Education Nationale puis styliste et modéliste. J’ai travaillé ensuite 10 ans chez Pierre Cardin à Paris. Depuis plus de vingt ans, la peinture abstraite occupe le plus clair de mon temps à la création. Le geste prend de plus en plus d’importance et ma recherche picturale s’oriente vers la spontanéité et l’expression de l’instant dans sa force vitale. Fixer l’instant ou l’éphémère par le geste si fugitif est une gageure que seul l’artiste peut tenter de réaliser. Il se peut aussi que le geste suscite en moi un désir de retour vers le subconscient au travers du hasard.

Mes premières années de peinture ont été consacrées au figuratif mais la représentation du réel ne m’intéressait pas et je me suis volontairement sevrée de peinture pendant une année pour me jeter un beau jour, tête baissée dans l’abstraction ! Après une recherche par tâtonnements, un passage par l’abstraction géométrique où je me suis rapidement sentie prisonnière des formes, j’ai réalisé que mon pinceau partait toujours avec fulgurances et sans contrainte pour marquer la toile. Le geste spontané m’est apparu comme une évidence et comme un chemin que je devais suivre.

Avant de parler du geste, allons voir ce qui précède. Car, à y bien réfléchir, le geste arrive en fin de course, il est le témoin de nos vibrations intérieures. Nos états d’âme, nos peines, nos souffrances s’accumulent comme l’eau retenue par un barrage. Vient ensuite la nécessité impérieuse de libérer cette énergie qui coule en continu comme une rivière. Le souffle profond et la concentration aident alors à la naissance du geste. Porteur de l’énergie vitale de l’instant, le geste possède en lui l’idée de mouvement invisible. Lorsqu’il se fige sur la toile, il s’inscrit dans l’espace- temps. L’insaisissable devient alors palpable.

Parfois il s’impose en solitaire comme une évidence. Et comme s’il portait en lui le dit et le non-dit tout à la fois. Il peut être une fin en soi et se suffire à lui-même comme une recherche d’absolu. Le geste spontané peut aussi correspondre à une étape. Il peut être un moyen de pénétrer dans un espace inconnu révélateur d’un monde intérieur mystérieux.

Parfois il se retrouve côtoyant quelque forme géométrique naissante ou affirmée comme s’il voulait confronter sa liberté à la rigueur géométrique et établir ainsi un dialogue entre occident et orient. Dans ce cas, la couleur douce ou violente qui l’accompagne accentue son intention. A d’autres moments, il s’accompagne d’écritures indicibles accentuant le mystère de la représentation.

Ce geste réalisé avec de gros pinceaux chinois ne raconte pas une histoire suggérée par un signe d’écriture. Il est un souffle de vie, jaillissant et spontané, un témoignage de l’instant, une tentative d’extirper du chaos l’essentiel de la vie.

Chaque geste est une aventure dont j’ignore le résultat !” 

Découvrez notre offre en LOA pour cet artiste

Parcourez les oeuvres de cet artiste

Claudie Bastide – Coup de pinceau 12

Claudie Bastide – Litote

Claudie Bastide – Improbable 5

Claudie Bastide – Improbable 6

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une curiosité arty le 15 de chaque mois